Pour construire l'école maternelle de demain
 
Full body

Agenda

Aménager la classe de Tout-Petits

L'aménagement d'une classe qui accueille les tout-petits doit respecter quelques principes simples.

En accueillant les enfants de 2 ans, l’école maternelle se doit de s’adapter à leurs besoins spécifiques. L’aménagement de la classe d’accueil va contribuer à répondre à ces exigences.

L’espace dans lequel le tout-petit va évoluer doit favoriser son développement cognitif tout en respectant ses besoins physiologiques, affectifs et moteurs. A cette fin, certains espaces sont incontournables dans la classe et leur aménagement doit répondre aux spécificités de l’enfant de 2 ans. A minima, une classe accueillant des tout-petits devra contenir :

  • Un espace bibliothèque (espace dédié à la lecture) ;
  • Un espace de jeu symbolique (poupée, cuisine ou autre)
  • Un espace de construction (atelier de bricolage, par exemple) ;
  • Un espace graphisme
  • Un espace repos (il s'agit de permettre à un tout petit de pouvoir se reposer, surtout en début d'année, s'il en ressent le besoin) ;
  • Un grand espace vide pour permettre à l’enfant d’évoluer, d’agir sur son environnement en déplaçant les objets, y compris le mobilier.

L’aménagement peut être conçu en partie avec du matériel léger, solide et facilement déplaçable, comme du carton. Il est bien entendu possible de faire l’acquisition de mobilier et de matériel adaptés. La mission maternelle propose une liste pouvant constituer la base de l’aménagement d’une classe de tout-petit. Elle vise à orienter les équipes dans leur réflexion et leurs choix sans constituer pour autant une liste exhaustive.

En apportant une réponse adaptée aux besoins du tout-petit à travers l’aménagement de sa classe d’accueil, l’école maternelle se donne les moyens de faire de cette première scolarisation une réussite.

 

Lire la suite

Les ateliers autonomes à l'école maternelle

L'organisation du travail en atelier à l'école maternelle doit se concevoir comme une réponse à la nécessité d'individualiser et de différencier la mise en oeuvre des apprentissages.

L’organisation pédagogique en ateliers est une démarche pour le maitre au service de la différenciation car chaque enfant peut apprendre à son rythme et selon ses besoins. Cela suppose que certaines conditions soient respectées :

  • Il existe une continuité, une progression de tâches entre ateliers dirigés et autonomes ;
  • Les rythmes d’apprentissage et les besoins identifiés déterminent le temps passé en atelier autonome et en atelier dirigé.

Dans le contexte particulier du programme PARLER, les contenus des ateliers dirigés sont portés par la programmation des enseignements. Il est important de définir ceux des ateliers autonomes afin que ce temps de classe soit plus efficace. 

Un groupe s’est penché sur cette problématique et vous propose des ressources qui devraient vous aider à mieux organiser ces temps de travail. L’élaboration de ces ressources repose sur les deux hypothèses suivantes :

Les ateliers de travail en autonomie doivent permettre de continuer d’apprendre ; l’élève renforce une compétence, il s’entraine grâce à des activités prévues à cet effet.

Le travail en atelier autonome est également un temps pour construire des compétences transversales car l’élève est amené à mobiliser des acquis, à planifier ses activités, à piloter son attention, à coopérer avec des partenaires, à mener un projet à son terme… à être un élève autonome.

Ajout d'un tutoriel en page suivante.

 

Lire la suite

Programme PARLER : Enseignement de la phonologie

La conscience phonologique se définit comme la conscience explicite que les mots sont formés d'unités plus petites : les syllabes et les phonèmes.

Le parcours que nous proposons dans notre progression aura pour finalité de développer chez les élèves la capacité à percevoir et à identifier les différentes composantes phonologiques et à les manipuler : localiser, suppriimer, substituer, inverser, ajouter, fusionner.

L'enseignement de la phonologie est aussi important car il est inscrit l'enfant pleinement dans les démarches du devenir élève. Cet enseignement est fondamentalement l'un des premiers qui permet de mettre en place des apprentissages formels à l'école maternelle.

 

 

Lire la suite

Les évaluations dans le programme P.A.R.L.E.R.

Des progrès remarquables en ce qui concerne la compréhension de la langue orale.

Les comparaisons ci-dessous concernent 1458 élèves.


D'une manière générale les élèves ont progressé : En début d'année 35% des élèves pouvaient être considérés comme en déficit par rapport à la compréhension de la langue orale. Ils ne sont plus que 7% à la fin des taliers intensifs portant sur le vocabulaire, la syntaxe et la compréhension globale.

On note également que plus de la moitié des élèves (55%) a déjà atteint (au mois de février) un niveau de compétence qui devrait permettre à chacun d'entrer sans difficulté dans l'apprentissage de la lecture

 

P.A.R.L.E.R.

Enseigner la syntaxe en maternelle, c'est possible !

 

L’enjeu est d’importance : permettre aux élèves de grande section de maternelle d’enrichir leur syntaxe et de l’utiliser de manière adaptée   dans des situations de compréhension et de production orales. L’outil « J'observe et je m'exprime ! » a donc été conçu pour répondre à cet enjeu… en s’amusant !

On ne peut dissocier lexique et syntaxe dans la parole. Si le lexique permet de mettre des mots sur les objets du monde, la syntaxe va permettre d’organiser ces mots pour construire son discours et de ce fait traduire sa pensée. L’école maternelle, dont l’une des principales missions est de développer le langage du jeune enfant, doit donc lui permettre de s’approprier et d’enrichir les structures syntaxiques qui élaboreront sa parole.

C’est l’un des objectifs que s’est fixée la mission maternelle pour cette année scolaire 2013-2014 dans le cadre du programme P.A.R.L.E.R. : concevoir un outil permettant de dispenser un enseignement intensif de la syntaxe afin d’enrichir la syntaxe des élèves de grande section pour qu’ils l’utilisent de manière adaptée dans les interactions langagières.

Lire la suite

Scolarisation des enfants de moins de trois ans : les recommandations pour les conditions d'accueil des tout petits

 

CONDITIONS DE SÉCURITÉ DES ÉQUIPEMENTS ET DES MATÉRIELS UTILISÉS POUR LES ACTIVITÉS ÉDUCATIVES

 

Lire la suite

Scolarisation des enfants moins de trois ans

Accueillir les enfants de moins de 3 ans

et leurs parents à l’école maternelle.

Cinq principes organisent l’accueil des enfants de deux ans à l’école maternelle :

La priorité est donnée aux quartiers défavorisés.

La scolarisation des enfants de deux ans se fait prioritairement dans les écoles relevant de l’éducation prioritaire et dans les « quartiers socialement défavorisés. » Elle se fait d’une manière générale dans la limite des places disponibles et dans le cadre d’un projet pédagogique et éducatif validé par le Directeur académique, et inscrit dans le projet d’école.

La scolarisation peut être échelonnée dans le temps.

En veillant au maintien de la qualité d’accueil, l’admission des enfants pourra se faire au fil de l’année scolaire, en fonction de leur date d’anniversaire, jusqu’aux vacances de Pâques. Il convient de préciser que le critère de propreté ne peut être opposé aux parents pour justifier un report ou un refus de l’admission à l’école. L’éducation à la propreté se fait conjointement à l’école et dans la famille. L’ATSEM sera appelée à effectuer les gestes d’hygiène appropriés pour amener l’enfant à l’acquisition de la propreté dans le respect de son rythme physiologique et en préservant son intimité.

Une attention particulière à l’accueil et à la place des parents.

L’école et la famille doivent agir de concert pour garantir la réussite scolaire. Les parents doivent donc comprendre les objectifs de la scolarisation des « tout-petits » et les moyens mis en œuvre par l’école pour favoriser et accompagner leur développement cognitif. L’école devra toujours rechercher l’implication des parents dans le suivi de la scolarité de leur enfant et cela passe par l’instauration d’un rapport de confiance à l’école.

Un accueil progressif de l’enfant.

La capacité de l'enfant de deux ans à communiquer avec son entourage, même de façon non verbale, est une condition essentielle à sa scolarisation.

L’adaptation des tout-petits dépend de la qualité de l’accueil qui leur est fait, mais aussi de la prise en compte de leurs besoins. L’organisation de cette transition délicate entre la maison et l’école ne peut être définie de manière uniforme pour tous les enfants (projet individuel d’accueil). La séparation parents-enfant est une étape sensible qui nécessite une attention toute particulière de la part de l’école. Aussi, dans les premières semaines de la rentrée de l'enfant à l'école, il est souhaitable d'envisager cet accueil des parents avec leur enfant sur un temps quotidien décroissant et sur une durée maximale de trois ou quatre semaines : l'enfant et les parents doivent pouvoir se séparer en confiance.

Des horaires d’entrée et sortie assouplis.

Les horaires d’entrée et de sortie le matin et l’après-midi peuvent être assouplis par rapport à ceux des autres classes. Ainsi, par exemple, l'accueil des tout-petits le matin peut se caractériser par échelonnement plus long des arrivées. Les horaires d’entrée peuvent offrir un accueil d’une amplitude d’une heure.

« Cette souplesse est cependant soumise à l’impératif que le temps de présence de chaque élève demeure significatif. » (Circulaire n°2012-202). Cette différence d’exigence entre l’école et la garderie est un élément important qui devra être explicité aux parents.

Lire la suite

Le langage à l'école maternelle

Un document proposé par l'inspection de Auch sud.

Son objectif est de réduire les écarts d'acquisition liés aux contextes sociaux et culturels

Lire la suite

Le métier d'élève

Les 7 Propositions pour apprendre le métier d'élève en Petite Section.

Lire la suite

Le grand livre à parler

L'enseignant fabrique un grand livre qui va contenir des photos  liées au vécu quotidien de l’élève.

C’est un album à parler qui permet à l’élève d’utiliser tous les mots utiles pour évoquer les lieux, les matériels,

le travail qu’on réalise, les actions qu’on effectue, les camarades et adultes avec qui l’on vit.

 

Lire la suite

Conférence de Michel ZORMAN du 12 mai 2010

Thème : De l'oral à l'écrit : difficultés, troubles, réduire les inégalités.

 

Plan :

  • État des lieux de la difficulté en lecture et des inégalités :
    • Le langage oral ;
    • L'apprentissage de la lecture ;
  • Les pistes de réponse.

Le diaporama de son exposé est disponible ci-dessous.

 

Difficultés Troubles
Réduire les inégalités

Enseigner le lexique

Les champs associatifs

Apprendre des mots ce n'est pas apprendre des mots isolés. C'est les faire entrer dans des collections et/ou des catégories. Tout mot renvoie à un référent et tout mot entre en relation avec les autres mots, dans un système, le système lexical, où les mots n'ont de sens, de valeur, que par rapport à d'autres, dont ils se rapprochent ou se distinguent. Dans cette perspective, le rôle de la séance de vocabulaire n'est pas de multiplier les mots de vocabulaire mais d'aider les élèves à mettre les mots en relation entre eux.

Lire la suite

Partenariats

5e Entretiens de la petite enfance

Le "Café pédagogique" propose un dossier sur les Entretiens de la petite enfance qui se déroulés à Cassis.

Lire la suite

Novembre 2017  S.47
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
Utilisateur
Vous n'êtes pas connecté
Forums
Liste des différents forums